FRIBOURG

 

 

 

 

 

 

   Chemin vers

Pâques

 

 

 

 

Ce mois d’avril, nous avançons sur le chemin de Pâques. Voici une brève réflexion qui nous guide sur les sentiers de la souffrance à la Vie.

Une méditation qui nous surprend où nous dérange. Il s’agit de regarder la vie en face, cueillir une parole, réfléchir pour avancer et faire face à tout ce qui blesse, tout ce qui fait du Mal…

Mieux comprendre que nous ne sommes jamais seul et que Jésus marche à nos côtés. Peut-être croiserons-nous au fond de notre cœur cette présence de Jésus…  Il est…

« Le Chemin, la Vérité et la Vie »

Jésus condamné à mort par les hommes,

alors qu’Il n’a fait aucun mal.

 

Pourquoi ? Qu’est-ce qu’Il a fait ? Alors ?

Et nous, n’avons-nous jamais exclu, condamné, jugé ou simplement agit dans l’indifférence ? Ce sont nos péchés qui abîment nos cœurs.

 

Jésus se charge de sa croix, de nos croix.

Normal qu’il tombe ! Il est fatigué, épuisé !

Nous aussi nous tombons. Pas parce que nous sommes épuisés mais à cause de nos promesses non tenues, de nos engagements non respectés…

Jésus tombe, pourtant Il se relève.

Il nous aime et c’est pour ça qu’Il nous relève.

 

Sur le chemin de souffrance, tous

l’abandonnent, tous le lâchent.

Il ne reste que Marie, sa mère

et les femmes de Jérusalem.

 

Nous nous croyons souvent abandonnés quand tout va mal, quand tout semble s’écrouler et cependant, il y a toujours quelqu’un…

Seulement, il faut faire confiance… confiance aux autres, confiance à Dieu.

N’ayons pas peur !

 

Jésus est cloué sur la croix. Il souffre.

 

La souffrance nous la croisons tous les jours autour de nous. Elle est visible partout. Elle peut être aussi pleine d’espérance.

Les mains de Jésus ont supporté les clous. Sachons, nous aussi, ouvrir les nôtres…

 

Jésus meurt sur la croix.

 

De la Passion de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Jean :

Près de la croix de Jésus se tenait sa mère. En la voyant, et près d’elle, le disciple qu’il aimait, Jésus dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis Il dit au disciple: «Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. Après cela, sachant que désormais toutes choses étaient accomplies, et pour que l’écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : « J’ai soif. » Il y avait là un récipient plein d’une boisson vinaigrée. On fixa une éponge remplie de ce vinaigre à une branche d’hysope, et on l’approcha de sa bouche. Quand il eut pris le vinaigre, Jésus Dit :

 

« Tout est accompli. »

Puis inclinant la tête,

Il remit l’Esprit.

Jésus est détaché de la croix.

Son corps est remis à sa mère.

 

Tout semble fini. Marie, une mère déchirée par la mort de son fils.

A cet instant elle est comme nous, désemparée face à la mort.

Marie si proche de nous.

 

Jésus est ressuscité.

Jésus est vivant

Il a poussé la pierre. Il est sorti du tombeau. Non, tout n’est pas fini !

Découvrir Jésus vivant dans notre vie et dans le monde, voilà un vrai défi pour nous. 

Jésus est vivant, Il nous attend au coin de notre cœur. Il nous attend à chaque réveil, à chaque contour du chemin. Il nous attend dans le regard des autres.

 

Laissons-nous embraser

par son Amour

A.F.

 

La Bienveillance     

 

Parfois notre passage sur terre,

peut nous paraître amer.

Pourtant impossible à contourner

Et cependant difficile à accepter.

 

Notre égoïsme nous paralyse,

Notre raison nous cristallise,

Tel un rempart à l’émotion.

Et pourtant, si nous osions….

 

Face à face, au fond de l’Âme,

Contempler ce flot de larmes,

Ouvrir nos cœurs à l’explosion

De ce volcan en éruption ?

Un jour ou l’autre, on a besoin,

De crier, d’hurler son chagrin,

Pour enfin retrouver la confiance,

Oser sur soi, la bienveillance !

 

Notre ciel s’entrouvre alors,

Un peu palot d’abord,

Puis plus serein, plus bleu,

Il en devient lumineux. 

 

Ouvrons-nous à cette lumière.

Que tout entier, elle nous pénètre,

Et fertilise nos cœurs en friche,

pour porter un fruit plus riche.

Reste à cultiver ce bon terrain,

A embellir ce beau jardin,

Y faire fleurir l’Amour, en toutes saisons

L’Amour toujours, sans cause ni raison.

 

Soyons heureux, nous même,

Aimons les autres, de même.

C’est le chemin le plus sûre

Pour guérir de nos blessures

 

L’Amour donné, l’Amour partagé,

N’a jamais rien à regretter

Chaque jour, Il illumine nos vies

Et apaise nos cœurs meurtris.

A.F