Baptisés et envoyés            

 

En ce mois d’octobre 2019, nous entrons dans le mois missionnaire extraordinaire initié par notre Pape François en 2017 et intitulé « Baptisés et envoyés. L’Église du Christ en mission dans le monde ». Nous tous, membres du MCR, nous pourrions y apporter notre contribution en nous concentrant sur des actions concrètes, dans notre petit coin de pays, chacun dans son canton, dans sa région. Cela serait déjà très bien, il y a tant à faire …

 

Une Église en sortie vers les périphéries, un des slogans de ce mois missionnaire, nous indique, nous pousse à sortir de nos zones de confort, à prendre quelques risques, à s’engager pour ceux qui se trouvent autour de nous. Cela ne signifie-t-il pas les personnes âgées, les enfants, les handicapés, les sans-abris, les malades, les femmes battues, les drogués, les déboussolés de la vie, les requérants, les pauvres, etc. ? Mais également, les riches, les bien-portants, les hommes et femmes d’église, les politiciens, les dirigeants, etc. ? Bref notre prochain concerne tout le monde, de notre entourage familial, en passant par notre voisin, jusqu’à l’étranger que nous ne connaissons pas encore !

 

Cependant « aller vers la périphérie » ne veut pas dire que nous sommes au centre, il ne faut pas se méprendre ! Nous pourrions ici méditer sur la parabole du bon samaritain et trouver une partie de la réponse…

 

Nous devons initier en nous-même une véritable conversion missionnaire. Il nous est pour ce faire demandé d’abandonner le critère confortable du « on a toujours fait ainsi », de savoir renoncer à certaines images obsolètes, de ne pas tomber dans l’indifférence qui humilie, dans l’habitude qui anesthésie l’âme et empêche de découvrir la nouveauté.

 

Regardons de plus près les propositions qui nous sont faites, elles sont au nombre de cinq :

  1. Proposer l’Évangile et rencontrer : prendre l’initiative

  2. Témoigner : s’impliquer

  3. Faciliter l’engendrement à la vie et à la foi : accompagner

  4. Porter du fruit : fructifier

  5. Fêter

 

Nous pouvons aisément constater, sans forfanterie aucune, que les actions menées au sein de notre mouvement sont en adéquation avec ces propositions. Au travers du prisme du MCR, nous pouvons les mettre en parallèle comme suit :

  1. Notre thème annuel

  2. Nos rencontres et échanges 

  3. Nos animateurs de groupes

  4. Nous ressortons ressourcés et vivifiés

  5. Nos « Eucharistie », nos « Sainte-Cène » et notre Jubilé 2020

 

Force est de constater que nous ne faisons pas tout faux et que nos actions sont cohérentes et en phase avec ce que nous demande le Pape François. Cependant, dans les détails, le tableau n’est pas si parfait. 

 

Notre « point faible » est à trouver dans notre manque d’actions concrètes sur le terrain, hors de nos structures (voir le billet de Marc Sermier dans notre journal No 149). Nous avons des difficultés à sortir de notre mouvement pour aller vers les autres. Nous savons que l’âge aidant, l’énergie nécessaire tant à manquer, qu’une certaine lassitude s’installe. Cependant des initiatives fleurissent çà et là, car le besoin d’action se fait parfois sentir. Il y a donc de la place pour initier des projets de soutien, de solidarité et d’action de grâce envers notre prochain ! 

 

Ne devrions-nous pas nous poser régulièrement la question : quelles actions concrètes « pour les autres » pourrions-nous initier en tant que « missionnaire de la Parole de Dieu » ? Charge à chacun et chacune d’entre nous de faire preuve d’initiatives pour proposer et mettre en œuvre des missions, sur le terrain, sous l’égide du MCR.

 

Pour conclure, nous pouvons citer (Evangelii gaudium 109) : 

Les défis existent pour être relevés. Soyons réalistes, mais sans perdre la joie, l’audace et le dévouement plein d’espérance ! Ne nous laissons pas voler la force missionnaire !

www.baptisesetenvoyes.ch